Blog

Domingos Tótora

Eco design et green design

Dominigos Totora, eco-design, agence amevet

L’environnement est une préoccupation de tous. Une prise de conscience majeure concerne tous les aspects de notre quotidien. Le secteur de la décoration et de l’ameublement en fait bien sûr partie, et entre de plus en plus dans une démarche d’éco-conception.

l’Eco-design ou le green design consistent à intégrer l’écologie dès la création des biens ou services. Son objectif de réduire les impacts environnementaux des produits tout au long de leur cycle de vie : extraction des matières premières, production, distribution, utilisation et fin de vie.

Si l’éco-conception peut sembler une contrainte, elle ouvre aussi un audacieux champ des possibles pour des designers, des créateurs qui veulent s’inscrire dans une démarche de respect de notre planète, de notre futur.

Alors, comment adopter une conduite green design en choisissant de nouveaux meubles et accessoires pour son intérieur ?

Opter pour des matériaux durables :

Lorsque l’on parle d’eco-design, il n’y a pas de bons ou mauvais matériaux, mais des utilisations qui doivent être pertinentes. Les matériaux durables peuvent se répartir en plusieurs catégories :

  • Les biosourcés, tels que le bois, le lin, le liège, la laine…
  • Les biodégradables, qui peuvent se décomposer selon un processus naturel, mais qui nécessitent une collecte organisée favorable à leur dégradation
  • Les matériaux recyclables, tels que le verre, mais également certains plastiques peuvent être valorisés en fin de vie. Là aussi, des filières de recyclage adaptées doivent exister.
  • Le bioplastique, une catégorie à part dans les matériaux durables, très appréciés des designers. Il regroupe les plastiques biosourcés, composés de matériaux transformés, et les plastiques recyclables, qui peuvent être utilisés en fin de vie.

Penser à la durée de vie du produit :

« Consommer moins pour consommer mieux » est une approche importante pour réduire son impact sur l’environnement.

Privilégier la qualité d’un produit permet une meilleure résistance dans le temps. Opter pour un design intemporel, limite un besoin de remplacement, limitant l’impact sur l’emploi de ressources et matières premières.

Prendre en compte les procédés de fabrication :

Il faut savoir que la production est souvent l’étape du cycle de vie dont l’empreinte écologique est la plus importante, avec l’utilisation de solvants, ou de métaux lourds pour la création de la matière.

Dans le domaine textile par exemple le Tencel® ou le Monocel® sont deux fibres naturelles conçues à partir de pulpes de bois, issues de forêts gérées durablement, sans avoir recours à des solvants toxiques, et limitant l’utilisation d’eau en circuit quasi fermé.

Employer des matières brutes, comme la laine biologique, la fibre de coco, le latex ou le denim recyclé, permet de ne pas faire usage de produits chimiques toxiques grâce à leurs propriétés ignifuges naturelles. .

Porter une attention particulière à la provenance des matériaux.

« Consommer mieux, c’est aussi consommer local ». Opter pour des productions de proximité limite le besoin de transport, et l’empreinte carbone.

Favoriser les circuits courts est également possible dans le domaine de l’ameublement et de la décoration, grâce à de belles entreprises innovantes et créatives qui font le choix d’une production locale. Des marques comme Alki, Hartô, en sont une jolie illustration.

Utiliser et recycler son mobilier :

Quelques initiatives construites commencent à voir le jour. Par exemple la marque Grain, propose des meubles à monter soi-même. Ces meubles sont conçus pour être démontés puis réassemblés, ou renvoyés pour être recyclés.

Des exemples d’éco-design :

Le Danemark, reconnu pour sa sensibilité au design nous offre une leçon pour une approche éco-frendly de l’ameublement et de la décoration. Les Danois se distinguent donc non par de nouvelles chaises ou tables éco-pensées, mais dans la réédition de modèles éprouvés.

Mater et l’eco-conception

Des modèles comme la chaise et la table Ocean de Nanna et Jørgen Ditzel sont aujourd’hui confectionnés en plastique fabriqué à partir de filets de pêche recyclés. Chaque chaise en contient jusqu’à 960 grammes.

La marque Mater renouvèle donc par ces matériaux recyclés des objets appartenant au passé. Elle agit en cercle vertueux étant donné que ce matériau recyclé est également recyclable.  

Eco design et green design, la table Ocean de Nanna et Jørgen Ditzel

la table Ocean de Nanna et Jørgen Ditzel

Tacchini, le green design par le développement local

Tacchini est également très engagée dans l’eco-design. En effet, un des principes de sa firme est d’utiliser des ressources locales afin de réaliser ses produits.

Tout ce qui est utilisé dans la production vient d’un rayon de moins de 50 kilomètres

En 2019, la table Joaquim du designer italo-brésilien Giorgio Bonaguro a été réalisée avec du marbre provenant de restes industriels. La marque démontre ici son expertise dans l’utilisation de matériaux considérés comme inexploitable. Elle s’engage complètement en prouvant que l’on peut imaginer un bel objet à partir de ces restes, sans que cela nuise à l’esthétique du produit final.

Eco design et green design, La table Joaquim du designer italo-brésilien Giorgio Bonaguro

La table Joaquim du designer italo-brésilien Giorgio Bonaguro

L’artiste brésilien Domingos Tótora propose lui des articles en carton recyclé. Grâce à une technique de pulpe moulée puis séchée au soleil, le designer crée les vases Mantiqueira. 

Eco design et green design, vases Mantiqueira

vases Mantiqueira

Molteni met les architectes à l’éco-design

En collaboration avec l’agence Foster+Partners, Molteni, a toujours mené une réflexion sur la production responsable. Lors des croquis préalables au design de mobilier ils se préoccupent déjà de l’impact environnemental de leur projet. Comme pour cette table Ava, entièrement faite en bois recyclable. 

Eco design et green design, table Ava

table Ava

 

Source : IDEAT

Les matériaux naturels